Histoire de la commune de 1810 à 1850

1810 : LA COMMUNE EST CADASTREE

Napoléon Ier avait dans ses projets de cadastrer toutes les communes de France. Saint Laurent a été l’une des premières du Département à posséder un atlas parcellaire que l’on appellera cadastre napoléonien.
La population, en 1813 a augmenté de manière importante puisqu’elle passe à 509 habitants.
En 1815, elle se réduit à 457 habitants.Image1

1803 A 1823 – ANNEES MUNICIPALES CALMES

Je n’ai pas trouvé de délibérations concernant la période 1803 à 1820. Sur le plan communal Valérien LOISEAU, le Maire, n’a jamais réuni le Conseil Municipal. Il signe les registres d’Etat-Civil jusqu’au 31 décembre 1813. Puis on trouve le nom d’un adjoint, Nicolas VEGELIN jusqu’au 23 août 1816. Le nom de Valérien LOISEAU, en qualité de Maire, revient en Septembre 1816. Il est remplacé, ce même mois par un adjoint Michel VALLEE jusqu’au 12 juin 1823 pour la tenue des registres. C’est Michel Vallée qui signe également les budgets 1821 et 1822. A cette époque les budgets étaient réduits à leur plus simple expression et l’on y voyait figurer les dépenses administratives obligatoires (Bulletin des Lois, Registres d’état-civil, matrice cadastrale, frais de correspondance, entretien du local municipal et faux frais du Maire). Les travaux d’entretien des chemins étaient effectués par les habitants sous le régime des servitudes.
En 1802, avait été évoqué la nécessité du curage du Barangeon. Une réunion qui s’est déroulée le 7 avril 1811, sous la présidence de l’adjoint, Jean RAUZAY et en présence de divers propriétaires, nous indique que rien n’a été effectué depuis et que des travaux nécessaires sur la rivière allaient être entrepris aux frais des propriétaires riverains depuis le gué de Saint Laurent en remontant jusqu’à la Roche. En ces temps, les gués de la rivière étaient vitaux pour le passage des bêtes et des hommes ainsi que pour le transport des foins et leurs envasements empêchaient toute l’activité locale. Il existait sur la commune plusieurs gués publics : le gué du Monthion, le gué de Saint Laurent (appelé également gué de l’église et gué des Planches), le gué des prés Bizet, le gué Veillat, le gué de la Roche. D’autres passages privés existaient également sur la rivière.
Une seule délibération mentionnée le 22 mai 1820 fait état de la nécessité de la réfection du chemin vicinal de la forêt aux abbés, lors d’un conseil signé CAMUZAT, BOUQUIN et PEREAU.
Valérien LOISEAU, qui était peut-être malade, s’est éteint aux Jourdains, le 22 janvier 1823, à l’âge de 65 ans.

1823 A 1837, ANTOINE BOUQUIN, MAIRE

A défaut d’écrit d’installation, apparaît le nom d’Antoine BOUQUIN, en qualité de Maire, notifié la première fois en juillet 1823. Comme, cela avait été précisé plus haut, les Maires étaient nommés par le pouvoir en place et, sous la Restauration, la règle était la même.
Le 8 juin 1824, le Maire convoque son Conseil, composé de Sylvain ROUX, propriétaire à la Margauderie, Denis MARDESSON, Sevrain BOURGOIN, propriétaire à Chaumoux, Silvain PORNIN, Jacques LELIEVRE, Notaire à Mehun ainsi que le Maire de Vignoux-sur-Barangeon François PERIAU et Pierre Etienne PORNIN, chirurgien à Neuvy, afin d’attirer leur attention sur l’urgence de rétablir un pont de planches ou d’une passerelle sur le gué de Saint Laurent. L’ancien passage planchéié était inutilisable depuis plus de vingt ans. Le Maire propose que les 10 habitants les plus imposés soient réunis afin de concourir à la réfection d’un pont qui ferait 3 pieds de large entre les « deux parapelles ».
Messieurs POMEAU, Maire de Neuvy et LEGER, Percepteur de la même commune, demandent le rattachement de Saint Laurent au Canton projeté de Neuvy-sur-Barangeon. Cette demande est rejetée par le Conseil.
Le 24 mai 1825, le Maire réunit son conseil municipal, (composé de François PEREAU, Maire de Vignoux, Sylvain PORNIN Père, propriétaire à Vouzeron, Sylvain ROUX, propriétaire à la Margauderie,Pierre TERMINET père, propriétaire à Vignoux, Etienne MABILAT, propriétaire à Vignoux, Denis MARDESSON, propriétaire à Chaumoux, DESTUTT D’ASSAY représenté par André LOUAT, son fondé de pouvoir au Blosset, Jacques LELIEVRE, notaire à MEHUN), à son domicile, accompagné des 7 habitants les plus imposés de la commune (Antoine PORNIN, propriétaire à Vouzeron, Louis BOURDIN, propriétaire à Vierzon-ville, François COMPOINT, propriétaire à Vouzeron, Claude BOUQUIN, , Jean-Baptiste BOUQUIN, Ursin LOISEAU, et Michel BERNARD, propriétaires à Saint Laurent. Ensembles, ils décident de lever un impôt extraordinaire afin de rétablir un passage à sec sur le Barangeon. C’est un charpentier de Mehun-sur-Yèvre, Jean LAFAYE qui est chargé de la construction d’une passerelle en bois pour la somme de 388 francs. Celle-ci sera achevée au cours de l’année 1826 comme le justifie le budget de cet exercice (voir plan annexé à la fin du bulletin).
On pourra constater que les membres du Conseil municipal de l’époque représentaient les plus fortunés (absence de manoeuvres ou de bûcherons…) et, en raison de leur statut de propriétaires de biens sur la commune de Saint Laurent, venaient pour la moitié, des communes avoisinantes.image4

Le 16 août 1827 a eu lieu la réception des travaux de construction de la maison forestière de la Loeuf du Houx.
Le 4 juin 1826, la tenue du Conseil municipal nous apprend que le Préfet demande que la commune choisisse entre le rétablissement du mur du cimetière ou la translation du cimetière de Vignoux.
Le cimetière d’alors jouxtait la porte d’entrée de l’église et était clos de murs (un vestige de ce mur existe encore à l’extrémité de la place de l’église).
Les conseillers ont opté pour le rétablissement du mur (voir reproduction plus loin).

Image3

1828 : construction de la maison forestière du Village Brûlé par le Service des Eaux et Forêts.
1830 : La charte de 1830, accordée par le Roi Louis-Philippe, promet la création de Départements et de Municipalités fondés sur le système électif.
15 juin 1830 : le Préfet nomme en qualité de conseiller municipal, le Sieur André LOUAT, régisseur à Vignoux, en remplacement de Mr DESTUT d’ASSAY qui est domicilié dans un autre département. Il nomme également conseillers Michel BERNARD, cabaretier, en remplacement du Sieur MARDESSON, décédé et Jean GRELAT, cultivateur aux Veillats, en remplacement de Silvain PORNIN, en raison de son grand âge.
Ce même jour le conseil (composé de Mrs LELIEVRE, André LOUAT, Michel BERNARD, Jean GRELAT, François PEREAU, Pierre TERMINET, Silvain ROUX, Claude BOUQUIN) accompagné de Silvain PORNIN, Michel BAULANDE, Simon CHAUVEAU, Antoine BERNET, Etienne DESBOIS, Denis RIVIERE, Jacques RAMIN, Jean-Baptiste BOUQUIN et Ursin LOISEAU, tous choisi parmi les 30 plus imposés de la commune, se réunissait chez Michel BERNARD, cabaretier, au bourg. Antoine BOUQUIN, le Maire explique au conseil que le Sous Préfet demande à la commune de réaliser les travaux de réfection de l’église ainsi que de son cimetière et d’en faire un devis estimatif de réparations à adresser au commissaire-voyer du département. Le conseil décide de faire réaliser ces travaux le plus promptement possible et décide de lever un impôt extraordinaire de vingt centimes par franc de l’impôt direct et de vendre du bois communal.
22 septembre 1830 : En vertu de la loi du 31 août 1830, le maire, l’adjoint et chaque conseiller prête le serment suivant : « je jure fidélité au Roi des français, obéissance à la charte constitutionnelle et aux lois du Royaume ».
25 février 1831 : le maire explique au conseil « que la réparation du cimetière ne pouvait se faire sans réparer en même temps le clocher et une partie de l’église qui servira de chapelle sépulcrale ». Un devis a été établi et s’élève à 840 Frs somme payée en 3 ans par un impôt extraordinaire).Image4

LA POPULATION EN 1831

Le recensement de population fait apparaître, en cette année 1831, 503 habitants.
Le 21 mars 1831, l’élection des conseillers municipaux au suffrage censitaire est rétablie. Mais le Maire est toujours nommé par le Préfet, représentant du régime autoritaire monarchique et ce, jusqu’en 1848.

Problèmes sur les édifices religieux
En vertu de l’article 81 de la loi du 22 mars, il échoit aux communes, l’obligation de subvenir financièrement aux dépenses de la garde nationale dont un bataillon est cantonné à Mehun-sur-Yèvre. Le 20 mars 1832, Saint Laurent paiera donc une somme de 145 francs correspondant à l’achat de drapeaux, au traitement de l’Adjudant Major et de l’Adjudant Sous Officier ainsi qu’aux frais de bureau occasionnés par le Juré de Révision.
Cette année là, 280 francs de travaux seront effectués sur le presbytère.
Dans sa séance du 12 mai 1833, le Conseil vote une somme de 117,70 francs correspondant à un devis rédigé par André LOUAT, Régisseur au Blosset (Vignoux) et destinée à poursuivre les réparations à entreprendre sur la chapelle, le clocher ainsi que sur les murs du cimetière.
Le budget 1834 prévoit une somme de 560 francs pour la réfection des murs du cimetière.

1834 LES DEBUTS DE L’EDUCATION

Le Préfet du Cher demande à la Municipalité de Vignoux-sur-Barangeon de chercher un local afin de loger un instituteur.
Le Comte Henri d’ASSAY, propriétaire du Château du Blosset entreprend de faire former son Régisseur Pierre BOULIN, à l’école Normale de Bourges. Au terme de 6 semaines, ce dernier obtient son Brevet d’Enseignement le 1er avril 1834.
Dès cette date, la Municipalité de Saint Laurent est sollicitée pour participer à l’imposition extraordinaire nécessitée par la nomination de Pierre BOULIN, en qualité d’instituteur sur la commune de Vignoux-sur-Barangeon.
Cette année là, 9 enfants de parents indigents sont pris en charges financièrement (41 francs) par Saint Laurent pour leur scolarisation.
Suite à un litige, la municipalité impose, aux habitants qui désirent établir une construction, un tarif d ‘extraction de pierres sur le communal des Poteries, à raison de 6 francs la toise/cube de pierre.

planEn 1836, la population passe à 545 habitants.

Dans sa séance du 25 mai 1837, le Conseil s’émeut de l’état de sa voirie. Il décide, pour 1838, la réparation des 2 principales relations (chemin vicinal de Saint Laurent à Vouzeron, par les Pointes ainsi que celui rejoignant Vignoux, par le Crot à la Louise). Pour ce faire,le Conseil fixe des journées de prestations évaluées à 3 jours par habitant, voiture ou charrette attelée ainsi qu’à chaque bête de trait, de somme ou de selle. Il sera prélevé, en outre, une imposition de 5 centimes additionnels au Principal des contributions directes.

En novembre 1837, le Maire reçoit un courrier préfectoral qui l’informe du projet de construction de la route départementale 17 qui reliera Vierzon à la Chapelle d’Angillon (actuelle route d’Allogny). Il joint à cet effet un plan accompagné de la liste des terrains qui seront occupés par l’emprise de cette route.

Considérant que les enfants de Saint Laurent sont trop éloignés du lieu d’enseignement et dans un souci d’équité, le Conseil Municipal, dans sa cession de mai 1839, demande à celui de Vignoux d’établir l’école à mi-distance des deux agglomérations. Ce qui sera chose faite quelques années plus tard au Village des Moreaux : « l’unique salle de classe se situe dans un vieux bâtiment au toit couvert de chaume, aux murs de torchis, au sol de terre battue et n’est éclairée que par une petite fenêtre d’environ 40 centimètres carrés ».

Dans la même séance, le Conseil somme les habitants, dont les noms suivent, qui annexaient à leur profit des terres et des chemins communaux, de les restituer :
MOULON Denis, propriétaire à Chaumoux, pour avoir labouré une partie de bruyère du communal de la Noue des Assens
La Veuve Denis RIVIERE, née MARDESSON, pour avoir labouré une partie de bruyère du communal de la Noue des Assens.
CAMUZAT Jean, propriétaire à Chaumoux pour avoir labouré et emblavé une partie de bruyère communale joutant les terres de Mamets et le pacage du même lieu.
LOISEAU Ursin, propriétaire aux Jourdains pour avoir labouré une partie du communal de Guzon.
BOURDIN Louis, propriétaire à Vierzon pour avoir créé des fossés sur une partie du chemin de Bellechère (aujourd’hui Bellechasse)
Décès d’Antoine BOUQUIN
Ursin LOISEAU, Maire
Jean CLAVIER nommé Garde-Champêtre
Le Maire, Antoine BOUQUIN, s’éteint le 29 décembre 1839 à son domicile des Jourdains, à l’âge de 55 ans.
Son adjoint, Ursin LOISEAU, lui succédera dans la fonction de Maire, par nomination préfectorale et prêtera serment le 29 janvier 1840.
Le nouveau Maire va s’employer, afin d’éviter les cas litigieux de culture des biens communaux à demander le bornage de ceux-ci, durant les années 1840 à 1843.
Afin de remplacer une partie des membres du conseil, des élections partielles ont lieu le 28 mai 1840 à l’issue desquelles sont élus : Etienne DESBOIS, Eugène LELIEVRE, Claude BOUQUIN, François CHAUVEAU, Jean GRELAT, Ursin LOISEAU et Jacques BARATON. Le 3 septembre 1840, le conseil installe Ursin LOISEAU dans la fonction de Maire et Philippe BERTRAND dans celle de l’adjoint.

Le Conseil municipal du 27 mai 1841 décide de poursuivre le bornage des biens communaux ainsi que la réfection des chemins vicinaux et de procéder à la réparation de la passerelle des Planches.
Suite aux demandes de plus en plus pressantes du Conseil qui demandait un lieu d’instruction primaire moins éloigné, la municipalité de Vignoux autorise l’Instituteur à enseigner à Saint Laurent sous certaines conditions :
– Déplacement bihebdomadaire
– Fréquentation minimum de 10 enfants payants
La séance d’août 1841 accepte la proposition et s’engage à fournir une salle d’école ainsi que des bancs et des tables, continuera à participer au frais de traitement et logement de l’instituteur et qu’il sera admis à l’école 3 enfants parmi les plus pauvres de la commune. Cette solution ne verra pas le jour puique la commune de Vignoux va installer une salle de classe aux Moreaux, située à mi-distance des deux communes.
En 1841, la population de Saint Laurent est de 538 habitants.
Un courrier préfectoral nous apprend qu’un incendie considérable a eu lieu sur la commune le 12 septembre 1841 mais aucun élément municipal de l’époque ne nous permet d’en situer ni le lieu ni l’importance.
Quelque mois plus tard, une autre correspondance préfectorale précise que la résidence du nommé Antoine JACQUELAIN a brûlé le 15 avril 1842. Le sinistré demandait alors au Préfet, l’autorisation de quêter dans le Canton pendant un temps déterminé.
Le 30 mai 1842, le conseil informe qu’il est urgent de réparer les chemins de Saint Laurent à Mehun, à Bellechère (Bellechasse), à Vouzeron ainsi qu’à la Margauderie.

Le 16 novembre 1842, Pierre LE MARCHAND, un Parisien, achète à Henry d’ESTUT, comte d’ASSAY, le domaine des Vigneaux, des Places et des Planches. C’est le démantèlement de la baronnie de Bourdeilles (le Blosset).

Le 2 février 1843, il est procédé à la nomination du Sieur Jean CLAVIER, journalier (tisserand à la Margauderie), en qualité de garde-champêtre. Son traitement sera de 150 francs par an. Les archives communales nous apprennent que Jean CLAVIER était un ancien militaire de l’armée napoléonienne, appartenant à la 2ème Compagnie du 1er Bataillon du 17ème Régiment de ligne. Ayant retiré son congé de réforme sous pension le 26 novembre 1814, il s’était retiré à Saint Laurent depuis cette date.

Le 4 juin 1843, des élections nomment une partie du Conseil : Philippe BERTRAND, Mathurin CARRE, Denis MOULON, Jacques RAMAIN, Etienne DESBOIS, Louis TARDY, Jean SEBAULT et Jean-Louis NERON. Le 24 septembre de cette même année, Ursin LOISEAU est maintenu dans son poste de Maire ainsi que Philippe BERTRAND dans celui d’adjoint, par décision préfectorale.

Le budget 1843 propose 1200 francs pour la reconstruction de la passerelle, 130 francs pour le bornage des communaux et 66,97 francs pour l’entretien des chemins vicinaux.

En 1843, un orage de grêle particulièrement violent détruit les récoltes (4 familles seront indemnisées par le Gouvernement l’année suivante.
Dans la séance du 14 mai 1844, le Maire propose l’abandon de la reconstruction de la passerelle des Planches et opte plutôt pour la construction d’un pont. Néanmoins une somme 150 francs est inscrite au budget 1845 pour les dépenses afférant à la reconstruction de la passerelle.
Le 27 août 1844, Pierre Le MARCHAND, propriétaire des Vigneaux (et le plus imposé de la commune) propose à la commune la suppression d’une partie du chemin rural partant de la Prèsle et allant jusqu’à la Garenne des Vigneaux. En contrepartie, il propose d’assainir (empierrement et création de fossés) le chemin venant de Vouzeron, partant du croisement des Dez jusqu’au chemin de la Margauderie en passant par les Champs Guillard, les Claudis, le Pacage des Bœufs et les Terres Fortes.
Le Conseil accepte la proposition de Monsieur LE MARCHAND. Lors de cette séance, Monsieur LE MARCHAND a proposé au Conseil plusieurs échanges de chemins et de terrains communaux. Ces propositions ont toutes reçu l’aval du Conseil Municipal.

Le Conseil Municipal du 15 mai 1845 demande au Maire de faire borner tous les communaux. suite à l’appétit de gros propriétaires.

Le conseil du 21 mai 1846 autorise le Maire à vendre le communal de la Bourgeoiserie afin de faire face aux dépenses de bornages. Suite aux inondations provoquées par le mauvais entretien du Barangeon, le Conseil demande aux propriétaires de réaliser les travaux qui s’imposent.

Le 20 octobre 1846, le Préfet nomme Pierre le MARCHAND, Maire de la commune de Saint Laurent et Hyppolite DANLOS, son adjoint. Monsieur LE MARCHAND n’est peut être pas étranger à cette nomination. D’une part, l’ancien Maire le gênait dans ses acquisitions plus ou moins litigieuses des biens communaux et, d’autre part, il incarnait le personnage le plus imposé de la commune et plutôt enclin à servir de la fort belle manière, le Pouvoir Monarchique en place.

Séance du 14 mars 1847 : le Maire, considérant qu’une quinzaine d’ouvriers étant sans ouvrage sur la commune, demande au Conseil de faire un emprunt de 1500 francs afin de les utiliser à réparer et élargir les chemins vicinaux. Mais, n’ayant pas les moyens Monsieur Le MARCHAND propose de vendre des communaux dont les désignations suivent :
– Le communal de la Vèvre (2ha51a)
– Le communal de la Fontaine de Gui (50a)
– Le communal de l’Aujonnière
– Le communal de la Noue Bonnin (30a)
La session du 23 mai 1847 est plutôt houleuse et Conseil autorise Monsieur DANLOS (adjoint) à poursuivre judiciairement , au nom de la Commune, le Maire, Pierre le MARCHAND (absent),demeurant aux Vigneaux, à l’effet de restituer différentes pièces de communaux illégalement par lui annexées :
-La Noue des Ascens (2ha50a)
– L’Aujonnière des Chailloux (1ha35a)
– Canton du Guzon (32a)
– Le Gros Tureau (37a)

Le Conseil demande au Maire, suite aux opérations de bornages, de poursuivre les propriétaires qui refuseraient de restituer les terres illégalement appropriées.

Le 28 octobre 1847, le Maire informe le Conseil que, faute d’une église et d’un presbytère décents, l’Archevêque de Bourges propose que la commune soit érigée en succursale pour 1848. Seuls, les aménagements de l’église ainsi que du presbytère pourront surseoir à cette décision.

LA REVOLUTION DE 1848 -LE SECOND EMPIRE

La révolution de 1848 entraîne un progrès décisif : les conseillers municipaux sont désormais élus au suffrage universel et ont le droit d’élire les Maires des communes de moins de 6000 habitants. C’est la Seconde République. Le coup d’Etat du 2 décembre 1851 et la proclamation du Second Empire marquent cependant le retour au Centralisme qui prévalait avant 1830. Le signe le plus évident de cette évolution est le retour à une procédure autoritaire de nomination des Maires, effectuée directement par le Pouvoir Central. Dans ce domaine, comme dans les autres, l’Empeur met ses pas dans ceux de son illustre prédécesseur.

Le 13 août 1848, il est procédé à l’installation du Maire, de l’adjoint ainsi que des conseillers :

Ursin LOISEAU, élu Maire
Guillaume ROZAY, élu adjoint

Sont installés conseillers :

Denis MOULON, Jean SEBAULT, Jean GRELAT, Philippe BERTRAND, Jean BEAULANDE, Claude BOUQUIN, Jean CHAGNON, Pierre RAMAIN, Etienne DESBOIS, Mathurin CARRÉ.
legliseLe 18 octobre 1848, l’église de Saint Laurent est officiellement et définitivement érigée en succursale.

Le 25 février 1849, le Conseil, considérant que l’église tombe en ruines et dont il ne reste plus que les murs, décide de faire appel à un architecte du département, Monsieur JULIEN, à fin d’établir des devis de reconstruction. Il convient de préciser que, suite à l’état de délabrement de l’église, tous ses accessoires et ornements avaient été transportés dans celle de Vignoux, depuis le 3 nivôse an XI (24 décembre 1802).

De 1848 à 1850, Pierre LE MARCHAND, ancien Maire, entreprend la construction d’une grosse bâtisse sur un lieu qui deviendra l’Ormoy. Il quittera dès lors, les Vigneaux afin d’y résider.
Dans sa séance du 22 mai 1849, le Conseil décide de lever des taxes de pacage sur tous les bestiaux qui paissent sur les communaux afin de faire face aux énormes dépenses de reconstruction de l’église :
– Par chaque tête d’aumaille (bête à cornes), cheval, mulet et âne âge de plus d’un an : 50 centimes
– Par chaque tête de bête à laine âgée de plus d’un an : 25 centimes
– Par chaque tête d’oie mère : 50 centimes
– Par chaque tête de cochon de plus de huit mois : 1 franc

lormoy

Pour faire face aux dépenses occasionnées aux chemins vicinaux, il est imposé aux habitants, 3 journées de prestations et 5 centimes.
De plus, un impôt supplémentaire de 200 francs est voté afin de payer le garde-champêtre.

Le 19 août 1849, le Maire rappelle au Conseil que « …depuis longtemps à sa connaissance,…que le vœu unanime de tous les habitants de la commune consiste à voir réédifier leur église dont ils sont privés depuis 1793, que de longues années se sont écoulées, depuis cette époque, de triste mémoire leur font regretter l’absence de leur église avec d’autant plus de peine qu’aucun service religieux n’a plus lieu dans la commune et qu’ils sont obligés de parcourir de grandes distances pour aller assister à l’office, ce que ne peuvent faire les vieillards et les personnes infirmes ». Le Conseil vote aussitôt une somme de 6 000 francs (3 000 francs pour 1850 et 3 000 francs pour 1851). Tout ceci ne fait pas le compte au vu du devis de 18 000 francs proposé par les architectes. « En conséquence, le conseil prie Monsieur le Préfet de bien faire parvenir à Monsieur le Ministre des Cultes et dans les plus courts délais qu’il lui sera possible, l’extrait de la délibération du Conseil, avec le projet ci-joint composé de 4 feuilles. Le Conseil sera très obligé à Monsieur le Préfet, s’il veut bien approuver la demande de la Commune de Saint Laurent dont la pauvreté et les besoins sont bien connus de Monsieur le Préfet ».

Comme nous avons pu le constater, l’église n’est plus utilisée depuis 1793, mais auparavant, la visite pastorale de Monseigneur de la Rochefoucault effectuée à Saint Laurent le 18 juin 1737 faisait état d’un mauvais entretien général du temporel de l’église.

Publicités